Page:Léon Bernus - Les faufes dè J. Lafontaine in patoès d’Chaleroèt, 1872.djvu/32

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


26

LES FAUFES DE J. LAFONTAINE.




Qui s'qua sti vire tout c'qu'on raconte?
C'est pou vos liards qui fiont leû contes!
Léyet vô fôrtune au curèt :
Nia pu pont d'diale! vô s'tét scappèt.







L'VI GRISON INTRÉT SES DEUX MAITRESSES.



(L'Homme entre deux âges et ses deux maîtresses.)




Pou in vi homme, c'est comme in s'pot:
On dit toudi: Pu vi, pu sot!
Quand on pinse à ça, nia d'quoé brére!!

In vi grison, poèfe et sé, tout casset,
D'viqui jônne homme davét assét !
Il estèt tins pour li d'cachi aprèt n'coumère,

C'est malaugi quand on d'vint vi!

Mai il avet des claus ! — c'est d'jà brammin pour plére,

Quand on z'est bin dain ses papis!

Avet ça l'laid d’vint bia, l'vi d vint jônne, eiet l'biesse

Passe pou avoé dé |'tiesse,

I couret les ducasses! à l'fin fauce dé cachi,

Deux veuves v'lint li tapper dain louye:

Iune, griche! su l’ertour d'àche, auret v’lu l’amanchi,
L’aute jônne, né co trop mau, eiét noère comme dé l’houye,

V'là qui s’adaye à fai l'amour!

Achi intrét ieuses deux, on l’lertoche, on l'lerlèche,
Elles sarquélint s’brouche claque à tour;

Ell’vie sachet les noères pa mèche!
Pou qui fuche couleûre dé s’faux tour!

Et l’jonne pluquêt les gris, su l’tins qui s’féyint l’cour!

Elles l’liont si bin plumét s'tignasse,
Q'dés ch’fias, in’da d’meurét qué l’plasse!