Page:Léon Bernus - Les faufes dè J. Lafontaine in patoès d’Chaleroèt, 1872.djvu/31

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


LIVRE I.

25

« Spochi comme enne figotte, pau gros martia d'Couyet !
« Qué moéyin d'in vudi dain in pareye dallache?
I crie rade après l'mort, pou iesse desbarrassi !
Mai quand il l'a ieu vu, il a sti bin saisi!
— « Vo m'appélet, distelle, quoé v'léz co à vô n’âche?
— , C'estèt pour m'donner n’moin pou merkerchi dé m bot,

Disti, in ossant comme enne fouye,
Et in l'woétant dain l'trau d sés ouyes!

« Vo n'tardrèt toudi pu à m sat’chi l’pia du dos.


MORALE :




Si malhureux qu'on fuche, on vout toudi dallé,
Maugré q'tertous sû terre, nô n’estons q'des martires!
Eiét comme el proverbe on z’a bin raisô d’dire :

Putôt petté q'crévé.



REFLEXIONS :




Oyi, lés geins ont peu d'môri,
Mai i n'in sont q'pu biesse!
Pasqu'aprèt tout c'nest q's'indôrmi,

Pou toudi!

Et squ’on z'a peû d'allé couchi ?
Mai c'est squ'on leû stiche dain leû tiesse!
Lès contes, les babiolles du curét:
« Gàre à vous autes! vô stét dannét !

« Scôrchi, rosti, brulét!

Purgatoére! et flammes dé l'infierre!
Des diales à coines ! r’vénants, sôrcierres!
Vi, on voét qu'on est s'tingeusét!
Mai il in d’meure toudi n'saquoè!
Bin s'qu'on z'a peû d'véni au monde?
C'tostant naturéle dé parti,
Et t'taussi augile qué d'véni!