Page:Léon Bernus - Les faufes dè J. Lafontaine in patoès d’Chaleroèt, 1872.djvu/30

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


24

LES FAUFES DE J. LAFONTAINE.



Insulièt, attaquét, noèrci pa n'moèche malisse,
Navonne né l'tribunâle, no doét, l’raiso, l'justisse?

Quand n'saqui, comme no d'sons,

Pou s'plaigi s'fout des geins, eiét cache dés raisons,
On d'vret chaire tertous d'su, eiét à coup d'baston,

Li foutte enne bonne lesson.





L'MORT EIÉT L'FIŒU D'FAGOTS.



(La Mort et le Bucheron.)




In vi grand pére rottêt, pou li r'gagni s'cahiutte,
Kerchi avet in fat ! c'estét in fiœu d'fâgots;
Il estét tout ployi, fauce qu'il avet mau s'dos!
À l'fin i fout là s'kèche, i s'estin d'su tout d'chutte,
Avet s'tiesse dain ses moins, tout rindu tout casset,
I songet in bréyant, tout c'qu'il avét passet !
— « Qué plaigi s'qu'il a ieu despu qu'il est su terre ?
« I travaye comme in chin, il est paufe comme in vierre !
« Souvint i n'a pont d'poin! S'il a bin travayi,
« Pa in ritchard sain keure, i n'sai né iesse payi !
« Eiét pou l'pau qui gangne, on li fai printe patinte,
« L'ussier est s'ta ses trousses, si n'sai né payi s'rinte ;
« Il a pârti saudard, du tins d'Napoléon,
« Et sain savoè pouquoè, il a sti s'batte bin long!
« On l'la pourchu lontain pou l'mette dain l'gârde civique.
« Il sti obligi, dé s fai keude enne tunique.
« S'paufe vie feûme mau sognie, estét môrte dérennemint,
« Et i n'avet pont d'liards pou payi s'n'intermint,
« lun d'ses garçons, saudard, a sti mis au galére,
« Pasqu'il avet d'zartet pou v'ni soulagi s'père!
« Et l'aute, malheureusemint, l'aute jou a sli tuét,