Page:Léon Bernus - Les faufes dè J. Lafontaine in patoès d’Chaleroèt, 1872.djvu/28

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


LES FAUFES DE J. LAFONTAINE.



MORALE :




I vaut co miœu mougni n’crousse,
A’s’n’auche, dain l’guergni, d’zous l’toèt,
Q’via, pouye, taute, boubounnes à l’lousse,
Dain n'salle, rette, biesse, èt ginnét.





L'LEU EIÉT L'AGNIA.
(Le Loup et l'Agneau.)


Quand on za n’solitte pougne, et qu’on s’chiéfe bin dé l'lutte,
On za souvint raisô! Nol moustel’rons tout d’chutte :
In jônne bédot, d’lé n’grégne, sain s’ertourner biacoup,

Boévèt dain l’fosset l‘long dé l'since :

In leu qui crèvèt d'foin, l'woétét sain pielle patieince,
In cachant in moéyin, pou bin amanchi s’coup:
« Qui s'qui t'dit d'rescuré tes mannèts pids dain m’boère?

Disti l’Leu, in moustrant s'machoère!
« Tauras n’roulée, t’ès bin trop franc!

— Mosieû, disti l’agnia, i faut iesse bon effant,

« I n'vô faut né iesse m'wai si rade,
« Fiet attintion m'chére camarade,
« Q'jé n’pou rin vo fai pu'squé j'boés,
« Dain no fossét,
«Copa d’vingt pids àrri d'vos broques,
«Ainsi jé n’pou né desringi,
«Vo boère ni vo mingi!

— Tu l'desrinche, disti l’Leu, qui v'lét li foutte ess’croque!
«Nia enne an ta s’ti dire du maù d’mi tout coslét!
— Ça n’sé pou né! J'n’estèt né co vélét,