Page:Léon Bernus - Les faufes dè J. Lafontaine in patoès d’Chaleroèt, 1872.djvu/25

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


LIVRE I.



MORALE :



Woé Joseuffe, dain c'faufe-ci, qué c'nest qu'enne Couyonnade,
Nia n'saquoé qu'est bin vrai, et r'ténelle toudi bin:
« On voét bin in festa, dain l'ouye dé s'camarade,
« Qu'on n'voët né in saumi dain l'sin.




L’ARONDE EIÉT LES JONNES DÈ MOUCHONS.


(L'Hirondelle et les petits Oiseaux.)


Enne vie aronde, qu'avet bin woéagi,

Qu'avet sti dain pu d'in payi,

Woètet des jônnes mouchons, au tins qu'on semme ell'channe

Et pou leu pia, l'jumit, l'trianne !

Elle leu dit: mès zeffants, vo s’tet co tout pélots,
« Voéyez bin m'n'homme lauvau, ôssi s bras à purette,

« Et bin, s qui tappe, c'est pou vo piette!

« Pasqué mi j'saurai bien foute ell'camp dain les bots!

« I mettront dés trappes à pierrots,
« Si vo stet pris, gâre ell'cass'rolle!
« Où bin vo d'iret dain l'gayolle!
« Oussi Choutemme nia qu'in moéyin :
« C'est dé spépii tout l'grain.

— I mingint tout costet, i s'foutint bin d'l'aronde!

— « Betchi tout l'grain! woétet qué conte!
— Quand l'channe a ieu créchi,
« Elle leu dit: faut sat'chi,

« Toute ess'n'ieppe là, ou bin, vos estet amanchis!
— « Taiche-tu, d'sint-ti, tu no zin fout d'louvrâche!
« Fai l'blouque, clau t'bé che, avet lous Les ramâches :
« I fauret co pu d'mille mouchons,