Page:Léon Bernus - Les faufes dè J. Lafontaine in patoès d’Chaleroèt, 1872.djvu/23

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


LIVRE I.




L'BERBIS, L'JENNISSE ETËT L'GATTE AVÈT MÉNIRE LION.
(La Genisse, la Chèvre et la Brebis en société avec le Lion.)
Enne berbis, n’jennisse eiét n’gatte,
Estint avét l’Lion, pou ieuses chessi à quatte,

EIl' gatte tind ses lacèts,
Eiet l’jennisse estint s’filet,
EIl' berbis rotte à doëte à gauche,

El l'lion s'tappe à terre, pou batte ess’ flemme à s’n’auche.
Dain l’filet dé l’jènnisse arrife in vi singlét,
I s’infarfouye dèdain, ei't lé v’la rzinglet ;
L'lion despiesse quatte paures, eiét i prio pu lauche !
— « C't elle-ci mervint disti, pa l’raisô q'jé su roè !
« Comme ell’ pu foire droci, l’deuxième m’ervint cô d'doèt,
« J'prin l'toèsième pasqué j su l’pu franc d’tonte vo chinaye,
« Si iun woét su l'quattième, jé vo l’l’apougne pa s'aaye.

MORALE :

À pu haut q’vous r’clamét, nia né d’avance,

Conte ell' fauce n'ia né d’résislance.





L'MALETTE A DÉFAUTS.
(La Besace.)
L'bon Diœu dit en bia jou, pou li avoè s’plaigi:
— « Toutes les biesses autou d'mi, n’ont qu'a v'ni rade sachire,
« Si iun ou laute su s’pia, troufe enne saquoé à r’dire,
« I n’a qu'a s’espliqui, et j'woétrai dé l'cangi;