Page:Léon Bernus - Les faufes dè J. Lafontaine in patoès d’Chaleroèt, 1872.djvu/20

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.
14
LES FAUFES DÈ J. LAFONTAINE.

MORALE :

Q’ les geins trop imbitieux. songe nu bin pa m’nhistoère,
Qui nia in vi proverbe, qué nô d’vons loudi coëre.
Lé v'ei: chaque coup qu’on vout, quand on z'est assé sot,
Petter pu haut qué s’eu ! on fai in trau dain s’dos!

Les deux Baudets

Deux vi baudets, comme dè jusse qu'estint d'Binse,
Rottint sû Châléroét, tout seû, sain leu baud'lî.
Iiun kerchi d'sâbe, i n'in pinset né moinse,
Laute kerchi d'liards, tout fier chuvet padri.
Si bin qué s'queuwe d'estet toute rette,
I strichet sés orayes! i fiet sonner s'guerlot!
Du tienne dè Lierne, lés zév'la à l'coupette;
Ca dallet comme su des roulettes;

Mai arrivét dain l'fond d'Goblot,
Deux rattindeux vude nu du Bot!
I strindèt à leu guette!
I sautelle nu su l'sin qu'a lès liards dain s'malette,

On li prin tout! in li r'darant in coup chabot,
In bon coup d'pîd dain s'vinte, in coup d'baston su s'tiesse,
A mitant desmoulû, i leye nu là l'paufe biesse,
Qui jumissèt in réclamant s'camarade,
Pou co l'rapogi qui li dit:

"Choûte bin: si t'avèt sti kérchi,
"D'in vi sàtche dé sauvlon comme mi,
"Vi coûsse, tu n'srèt né si malade.