Page:Léon Bernus - Les faufes dè J. Lafontaine in patoès d’Chaleroèt, 1872.djvu/19

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


LIVRE 1.


Pou li chanter n’chànson,

Vout douvru s’bètche ét leyë chaire ess’ boûrlotte !

Lè R’nau l’rascoû eièt li dit :
« Choutèt bin c’ lesson çi woé m’fi:

« I nia toudi moéyin d’rascoutte enne bonne bouchie,
« In ingeusant in sot qui vout chouter n’vintrie :

« Faut iesse dé bon conte, mai mi J'Co6s,
» Q ça vaut bin in crèà stoflél !

L’ paufe coirbau scoubarét in li même ess’disèt :
— Quand on m' tirera co n’pareye guette,
Les pouyes diront su dés crossettes.

MORALE.


Si vo choutét toudi lés géins,
Toès quarts du tins on vo fout d'dain.




L'GUERNOUYE EIÉT L'BOU.
(La Grenouille et le Bœuf.)
Enne guernouye voèt in joù in bia boù dain in prèt,

Qui li chennèt co dé n’belle taye,

Leye, qui nestèt né co, comme in spoël-couronnèt,
Jalousse, s’estint, s’infelle, el d'vint ronde comme enne gaye,

Pou r’gangni l'hoù pa s'grossœur !
In d’sant: woétè| ma sa ur,

Nest-ce né assèt pinsai? d'sèt in pau à vô n’onye?
— Va non! — Mé v’ci d'abaure — Vo stèt co long! Mé v là ?
— Bali! vô n'nièstet né co! A l'fin l'tiestue guernouye,
S'a tailemint bin inflèt, qu’elle a fai s’quetter s’ pia,