Page:Léon Bernus - Les faufes dè J. Lafontaine in patoès d’Chaleroèt, 1872.djvu/18

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


LES FAUFES DÈ J. LAFONTAINE.
— « Mai quand i fièt chaud quoi fii?»
Dist'elle au créqu on. — « Au soère,
« Ou du jou, disti, j'choufflét,
« D’zous l’estuve, ou dain les cintes! »
— « Vô chouffl ! j'in su continte,
« Ét bin m fi, asleure dansét. »
MORALE :
Tout ça no mousse : qu’on doèt avoè l'idée,

Toudi pou l’ledmoin,
Pou n’né crèvé d'foin,

D’mette dè costèt aprét s'journée,

In p'tit bouquet d’poin.



L'COIRBAU EIÉT LÈ R'NAU.
(Le Corbeau et le Renard.)
In coirbau estét r’cheû bin long dain l’bot d’'Gozée,
In t'nant dain s’bétche in crà stoffet :
_ In R'nau, qui l' lavet chû in sintant v'ni l’vénée
Estét d’lé l’arbe eiét li d’sét :

« Bonjou Jàque? Boujou vi stoûmaque,
« Bin comme vôs estèt bia avèt vo noû casaque,

« Cest s'tenne belle piesse, et j'vourét bin wàgi,

« Q’vo l’lavèt fai keude pa n' saqui,
« Et si vô voèx est s'taussi bonne,
« Qué l’estoffe dé vo maronne,
« Vo poulèt concouri, avet Colas Boéron!

— La d’sû l’coirbau si fier qué s’tiesse in d’vénêt sotte,