Page:Léon Bernus - Les faufes dè J. Lafontaine in patoès d’Chaleroèt, 1872.djvu/171

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


LES
COUYONNADES DU VI TINS.








L'MORT BATISSE A QUINQUET,



RACONTÉE PA FRANÇOÉT MANGEPET D'LAVERVAU,

(Parodie de la mort d'Hippolyte de Racine.)

No sôrtint justémint dé l'pôrte dé Marcinelle!
Il estét su s'hégnon, et n’hinde dé sés amis,
Enne chonfflint né in mot, achis à costét d’li!
I chuvét tout môrsif, ell’ m'waiche voye dé l'Ausprelles,
Eiét s'moin su l'gôria, léyét r’chaire lés cordelles.
Sés bia ch’faux qu'on voéyét rugiles comme dés démons,
Quand i fallét sat'chi, soét l'châr ou bin l’bégnon,
Estint péneux c’joû là, il avint l’aire tout trisse;
Vo z’auri dit qui v'lint fai comme leû moèse Batisse.
In bru qui vudèt d'Sambe no z'a tertous strindus !
Jugét q’jusqu’à Montegnét on l'avét intindu !
Pu du costét d’Couyet enne voéx s'a fai intinte,
Pou responde au grand bru ! i comincét à strinte!
No n'aurint né co fai enne vesse pou dix-huite sous,
Eiét les ch'faux Batisse estint tout sin su d’sous,
Sambe comince à monté, lés euwes dévenne nu grosses,
Et i v'net enne esqueume comme su l’bierre Madame Josse.