Page:Léon Bernus - Les faufes dè J. Lafontaine in patoès d’Chaleroèt, 1872.djvu/17

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


LES FAUFES



J. LAfONTAINE.






LIVRE I.


L'ORÉQUION EIÉT L'BIESSE NOÈRE.
(La Cigale et la Fourmi.)

In Créquion qu'avèt chantét,

Tout l’estèt,

Estèt cheû dain n'rutte misére,
Quand l’foédure a sti dain l'aire!
Né in seûle pétit bouquet,
D’maquée ou bin d'era stoffet !
I desquin foipe ét malade,
D'lé n’b'esse noëre ess’camarade,
Pou li d'minder à presté,
Enne saquoè pou li viqué,
Deux toès joùs, ou bin n’samoène :
— J'vo l’rindrai n' vo fièt né d poène,
« Comme chéz l'presteù vo raurét,
« Vos liards eiét l'zintérèts. »
— L'moinse vice dain l’tiesse dé l’biesse noëre :
Cest qu’elle nè presse né volti !