Page:Léon Bernus - Les faufes dè J. Lafontaine in patoès d’Chaleroèt, 1872.djvu/15

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


PRÉFACE.



offrent moins d'intérêt d’un côté, et que d'un autre les morales
de plusieurs d’entre elles se ressemblent.

Tout en sollicitant donc le bon acceuil du public je pourrai

cependant lui faire observer que comme Phèdre : castigo ridendo
mores.

J'ai eu l’heureuse occasion de rappeler dans ces fables bon

nombre de nos vieux proverbes WALLONS dont la simplicité et
la vérité sont encore admirées tous les jours, et j'ai cherché
dans ce petit livre à en perpétuer le souvenir, pour le bien de
nos bonnes et généreuses populations WALLONNES.

LÉON BERNUS.