Page:Joseph Modave - Pauvès dgins.djvu/6

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.
— 4 —



Dj'arrai sogne des éfonts, y n' chûront né leu pére
Mais dji frai tout m' possipe qui rchennent-nu à leu mére, »
Dj’ mi dmande étindant ça s'il estait coridgî,
Quand on a bu pourtant, c'est bien drole di condgî!
L' mére buvait tous ses mots, oh ! elle estait containe,
«“ Dji vos pardonne, Auguste, oh ! dj'é rouvie mes poinnes.
Mes pauves pitits, arvoair..... dji m'é va dé l' bon Dieu
Dji m'é va..... arvoair..... Auguste..... sermint....., adieu!»
Puis elle pousse in soupir, soupir di délivrance ;
Elle estait pou toudi quitte di toutes ses souffrances.
Là dsus dji m' mets à dgnos et dji dis enne prière
Pou l’âme delle malheureuse qui vnait di quitter l' terre.
Dji recommande au pére di né- rouvyï si sermint
Et dji sorte li cœur gros en m' digeant : « Pauve-ès dgins ».
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Li djoû di l'étermint, li pére fiait poinue à vîre,
Et on sdigeait tertous : « y scoridjra ». C’est pire,
I n’a né yeu l’corâtche di supporter s’ malheur.
Et il a fini s' vie vraimint comme in voleur.
Li sermint qu'il a fait, li croyait-y li même ?
Il avait mau viqué, et y dvait fini l' même
Ainsi après deux djoûs qu'on n'elle riveyait pu
Si fie allant au bos, l’a sti rtouver pindu.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
MORALE
Et dire qui gna des dgins, dgins sin cœur, sin conscience
Qu' vantent-nu les cabarets. Dji seu moai quand djy pinse,
C'est l’ pu grand des poèsons, c'est l' plaie delle société
C’est li rume delle famille, li tchmin delle pauvreté.
Et dire qui gna des péres, c’est des brutes gua pon d' doute,
Qui, à leu ptits éfonts fayent-nu dj « boire delle goutte.
Cest z’elles qui fayent-nu tout, qui tuent-nu leus éfonts
Et qui, pu taurd, brayent-nu quand y n' fayent-nu ré d’ bon.
Qu'on combatte tant qu’on poû, li liqueur des soulées
Et aux péres sin soucis, dji vas dner mes idées.
Qu'ou n'é pinse çu qu'on vout, qu’on die qu'elles sont bien drôles
Au lieu d’ fé boire leu ptits, qui l's évoyent-nu à scole
Alors on n' vira pu rouler tant d’ vagabonds
Les toqués et les sots delle terre disparaitront.


Imp. de Z. DEMOULIN, Édteur, à Mont-sur-Marchienne.