Page:Joseph Modave - Pauvès dgins.djvu/5

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.
— 3 —



Sa s’ timps là li gamine est rivneuwe avou s’ bos
Et dji m’ mets alle besogne. Y m’ chenne qui dji seu co.
Y fallait m’ vire tchauffeu, ré qu’au bos, sin t’chauffâtche
Et les pauves pitits, l' contintement su leu visâtche!
Oh! ça m'a consolé. Li mére mi dit tout bas
En moustrant les éfonts : « Dj’ vourais vîre leu papa,
Pasqui dj’ sins bé asteur, là-dsus dji seu bon juche,
Djisins qui J’ moirt va vnu bé râte bouchî, à l huche
Et dj' vourais vîre leu pére pou li bé rcoumander
Pou quand dj' s'rai partie y n' les laie né là d’ seulés. »
Elle s'arrête tout d'in coup, elle dit aux ptits di s’ taire
Pasqui gnavait co yeu qui couminçait à braire.
« Etindo, mi dis-t-elle, véla li maisso qui rvé.
Et dj'ôse vos certifii qu'il est co sou, allez. »
Dji m’ mets didin in coin, pou vire à s' n’arrivée.
S’il allait co moinner in tapâtche di soulée,
L' huche si droufe, cwet c' qui dj' wet! in visâtche à fé peu.
Vla qui s’ met à djurer, à insulter l'bon Dieu.
« Cwet-c' qui t' fais là, disti à s’ feume qu’ estait coutchie
Là troès moès qu’ ti n’ fais ré, ti n'es qu'enne vie toupie,
Ti mérites qui dji t’ sache di dsus tes mannestés
Canaille qui t'es. » Mais cwet, il avance dilé l' lé.
Et cwet c’ qui dj’ wet? Horreur ! su s’ feume y lève si patte.
Li soulée, l'abruti à l'moirt y vlait co l' batte.
Mais y n’a né yeu l’ timps: dj elle apisse pa l' tignasse
Il a stî si saisi, qui n’a né boudgî d' place,
Il estait dissoulé, y n'arrait seu ré dire
Et pou plu s'expliquer, dou coup dj' l'ai fait achîre.
« Veyô, dis-t-elle li feume, là l' vie di tous les djoûs;
Mi qu'arrait sti containe tout en allant bien doux
Di viquer paugèrmint élvant mi ptite famille
Avou m’n homme dilé mi, qui dj'arrais stî tranquille.
| Mais, allons, cwet-c' qui dj' frais c'est tout l’contraire qu'a vnu,
Et asteur, bon Jésus, dji sins qui dj' vas moru. »
A poinne l'étindait-on, elle n'avait pupon d' foice.
« Auguste, dis-t-elle, asteur y faura rprinte mi place
Mi promettoât qui v’ sarro sogne di nos éfonts,
Qui v’s quittro l’ cabaret, qui vos ridvairo bon ?
Dji v's en prie, respondo. » Là dsus y bache les ouyes
Il avance dilé l' lé en trimblant comme enne fouïe :
«  Dji v's ai fait malhureuse, dj’ n’a jamais ré fait d' bon
Mais divant l’crucifix, dji vos dimande pardon ;