Page:Joseph Modave - Pauvès dgins.djvu/4

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.
— 2 —


Ci n’est pu qu'in squelette, enne vraie statue du Los.
Asteur, din enne aute coin, brayent-nu troés, quatte marmots
Tout disloktés, monnets et tout rimplis d vermine
Trimblant, djé respond, d’ frèt: on wet ça su leu mine,
In paufe petit en tchmiche, co pu monnets qui l's autes
(Après tout vos diro qu'il é faut d’ toutes les sautes)
Criait à s' mame ainsi, din s’ langatche di gamin:
— « Mame, boute m'enne pitite crousse, ni wesse né bé qu’ dj'ai foim !
Li dairin coup t’ sè bé, mi soû ma co rouvii,
Ainsi waite, y gna djà in djou qui dj n'ai mindgi,
Donne mi enne pitite crousse. » -- « Vos veyo don, Monsieu,
Çu qu’ c'est qui d’awet foin, çu qu' c’est d'yesse malheureux »
M’ dis-t-elle li mère d’enne voè qu'on plot à poinne comprinte,
« Ni brèïo né, mi p'tit. Oh! qui L bon Dieu m'étinte
Quand dji srai moite, au moins, qui veille sur mes éfonts
Qui m' les conserve pieux, qui fuchent-nu toudi bons,
Ainsi, dispû troès moès, dji souffe dissu m’ païasse,
Dji n’ sarrais pu boudgi, dji sins n’aller mes foices.
Mes p'tits éfonts, veyô, sont trop djônnes pou gangni.....»
— « Et vos n’homme, qu’ j'elle li dit, il èva travaï? »
Su c’ phrase là li pauve feume s’ ritoûrne, s’achî su s’ lé,
Ritchait, puis si rlufe co, mon Dieu! mon Dieu! cwet fé?
D'jai yeu peu pou l'momint; d’ ses ouies soertè des flammes
Et dji pinsais tout d’ kon qui l mère allait rinde l’âme.
Mais ça sti râte passé. S’ vos savî comme ça m’ touche !
Des efforts qu’elle a fait li sang li vnait pa l” bouche.
— « Mi n’ homme, dis-t-elle, mi n’ homme, il est au cabaret,
Quand n’s avons tertous foïm et qui nos brayons d' frèt
Il est là plein d’ génaiffe ou bé su l’ bord delle route
Il est bé seur en train d' leyi desquinte si goutte.
Ah! qué malheur, monsieu, mi qu'avait sty si bé,
Mi vla presse à moru, mes éfonts avou ré. »
Dji brayais maugré mi et dj'évoïe li gamine
Cwai dou bos au pu près, puis, d’enne boune grosse tartine
Qui dj'avais din m' mallette, i n’ont fait qu'enne bouchie,
Mais, c' qui m'a l’ pu saisi, maugré mi faut qu’ dj’elle die,
C'est d'vire li pauve p tit, braire et rire, oh! contint,
Dimonder à s’ manière: « Hai! mame, dis, n’asse né foim ?
Té, vla in ptit bouqué », Et y rtire hors di s’ bouche
In bouqué né bon pou dner l' betchie à enne mouche.
Divant tont d’naïveté, dj'ai vu li mére sourire,
Et mi, tout stoumacké dji n’arrais seu ré dire.