Page:Joseph Kinable - Les crostillons, 1889.djvu/73

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.

(67)

C’est deux franc.

A dih-hut ans, èco bin jônne,
On a portant dèjà des pônne,
Des doucès pônne, des pônne di cour
Qu’arrivet jusse avou l’amour.
On jonnnai, po fer comme les aute
A c’ t’age-là, qwèréve ine crapaute.
Tot s’ porminant quai Saint-Linâ
I nn’è trouve eune, eune comme i fâ ;
Elle a dvins ses chiffe des fossale,
Ses ouie luhet comme des purnale,
On vraie piele tot jônne, tot nosé,
Qui rvint d’avu stu… fer l’qwaré.
Li valet tot trônnant l’arainne,
Elle si fait mons prïi qu’ine reine,
Li dmandant d’s’assire elle s’assia,
Po noss jônne coirp qué rafia !
Assiou so l’ banc à costé d’leie
I li raconte des colatreie,
I jâse di fleur, d’ouhai, d’pèhon,
Et ji creu qui nost olifon
Alla dusqu’à dviser del leune,
Po n’divisse, âh, c’est nn’esteut eune,
Dire qu’elle prind s’clârté dè solo !
Leie si dmandéve : est-ce qu’i dvint sot ?
Sins qu’elle dirihe : leyz-me è pâie,
Elle s’annoïve, vola qu’elle bâie.