Page:Joseph Kinable - Les crostillons, 1889.djvu/66

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.

(60)

Li curé et l’ diale.

Li curé streume ine belle mousseure,
Faite par li prumi coturî.
Çoula n’espêche nin qu’ sos li d’zeure,
Elle li strind divant comme di drî.
L’ tailleur houquî par li priesse,
Li dit tot d’ sûite ji v’ z’el rifret ;
Ji dôret d’ l’âhe âtou des bresse
Et l’ soutâne alôrss vis iret.
C’est vraie, fait l’ curé, c’est d’âx spale,
Qui ji m’ trouve li pus foir geînné,
Qwand j’ soulîve li Bon Diu, c’est l’ diale.
Volà-t-i n’ manire dè jâser !
Mais l’ curé s’ rihappe â pus vite,
Ci côp chal, ci sèret sur tot ;
Ji sohaite, diss-t-i, qui l’ chet m’ pitte,
Si jamâie ji m’ chève co d’on spot.