Page:Joseph Kinable - Les crostillons, 1889.djvu/50

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.

(44)

Rinteure et l’chervante li raconte
Çou qu’i sa passé. — C’ess t’ine honte,
Brait-i, dè vni m’jower ainsi.
— I n’a nin seulmint dit merci,
Fait l’pauve Mareie, qui s’louque tote biesse
Et prête à s’arraï po l’tiesse.
 
C’est d’pôë ciss zaff à çou qui j’tins
Qui s’dit qu’on a pierdou s’latin.