Page:Joseph Kinable - Les crostillons, 1889.djvu/40

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.

(34)

I s’mette à pèler les crompire,
I lave les assiette et les plat,
I r’sèche è boteie del jônne bire,
I ferraie on chvâ sins trava.
 
Avou corège i batte el heure,
Il est coriant comme on nâli,
S’couquant târd, i s’live à noll heure,
L’ovrège n’è l’sâreut fer nâhi.
 
Après avu stierni les biesse,
Il attele à l’cherrowe les chvâ.
Jamâie i n’s’a mostré boubiesse,
Çou qu’i fait i l’fait comme i fâ.

L’sincî d’vant st’aller â voyège
Dit à s’feumme : vla nn’ideie qui j’a :
Comme i fait si bin nost ovrège,
Ègageans d’on côp l’Marlacha.
 
— Houtez, diss-t-elle, n’iat rin qui presse
Dè siner houie ine ègagemint,
Vos savez qu’i deut tni voss plèce
Qwand v’n’estez nin là par moumint.
 
— D’accoird, responda Geôr à s’feumme,
Mais déze houie ji voreu wagî,
Qui qwand ji r’vairet c’ess t’apreume
Qui vos m’consîrez d’l’ègagî.
 
Alôrss sins fer nol aute messège,
L’sincî, qu’a tot prette po çoula,
Li joû meîmme si mette à voyège,
I bâhe si feumme et dit : dusqu’à.