Page:Joseph Kinable - Les crostillons, 1889.djvu/39

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.

(33)

Li Marlacha.

Qwand on monte ine since on a sogne
Dè prinde, mais vos l’savez déjà,
L’vârlet qui fait tote les besogne
Et qui poite li no d’Marlacha.
 
On sé qu’on nn’a todi mèsâhe,
Pace qu’a tot fâ qu’pôë mette les main,
Ossi qwand d’onk on est binâhe
Ess t-i compris d’vins l’wahilmint[1].

Deniss esteut n’ovri d’ciss trimpe,
So l’trèvint qwand i s’présinta
A mon l’sincî Geôr, par eximpe,
Èco pus vite on l’accepta.
 
On l’accepta, mais po ciss feie
C’n’esteut d’abôrd qui pos on meu,
A fiss qui les maisse polesse veie
S’i fret leus affaire â mèïeu.
 
Si vite intré, si vite à l’ouve,
Deniss mosteure qu’i sét ovrer ;
I vude les bache, rimplihe les couve,
I fait tot çou qu’on li fait fer.


  1. Wahilmint : tous les ustensiles d’une ferme. — S’il s’agit d’une brasserie, Wahilmint signifie le matériel fixé à demeure comme les cuves, chaudières, etc.