Page:Joseph Kinable - Les crostillons, 1889.djvu/36

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.

(30)

Ine pènitince.

Rapp’lez-ve bin tot, n’avez-ve nol aute pèchî ?
— Nenni, mon pére, ji n’voreu rin v’cachî.
— C’est bon alôrss, c’est po d’main voss mariège,
Allez, sèyze hureu d’vins voss manège.
— Merci, mon pére, est-ce qui vos n’rouvîz rin ?
— Qu’âreu-je rouvi ? — Pa, c’est qu’vos n’mi d’nez nin
Ine pènitince. — Mi fi, qwand on s’mareie
On s’è donne eune po tote si vicâreie.

On dit, est-ce vraie ? qui s’passa bin deux meus
Deux meus ètir, c’est long qwand on y pinse,
Divant qu’nost homme si d’hahe en poirtant s’creu :
Awet l’mariège ess t’ine deure pènitince.