Page:Joseph Kinable - Les crostillons, 1889.djvu/35

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.

(29)

Ine dimande en divorce.

A-t-i co fait autchoi qui vos v’volez d’vôrcer ?
— Mais tot çou qu’ji v’s’a dit è nn’ ’est-ce nin bin assez,
Mossieu l’avocat ? — Jan, dihez m’el èco n’feie,
Madame, et tot â long, â fisse qui j’y pôe veie
Clér. — Vochal : j’aveu dit qu’j’è nn’alléve po deux joû
Dlez mes parints, mi homme si dit : « pusqu’elle est foû
D’chal pendant tot c’timps là, ji va st’avou m’couhnire
M’amuser d’on maisse gosse, c’est mi qu’a l’bonne manire. »
J’è nn’èva, mais à l’size ji rinteure tot d’on côp…
Ah ! comme is mèritet qui ji les tape â haut
Sins les ratni. L’couhnire et m’brigand, sins noll geînne,
Estît là qu’is sopît, j’esteus divins n’trideînne…
— Ji comprind qui çoula, madame, a dvou v’coircî…
— C’est surtout qwand j’veya comme is estît moussî
A l’tote pus veie des môde. — Kimint don leu mousseure
Vis tounnetta-t-elle tant ? — Ine sifaite, el moiseure !
— Mais co n’feie quéllès hâre avît-is ? n’cachîz rin
Et d’hezme çou qu’is avît tot les deux so leu rein.
— Ah ! Mossieu, qwand j’y r’tuze, mi pauve tiesse va so Haive,
Mi ’homme moussî comme Adam et noss couhnire comme Ève !
— Çouchal c’ess t’ine raison, sins pus d’conte ji v’diret
Qu’voss t’homme ess t’on pourçai et qu’voss divôrce rotret.