Page:Joseph Kinable - Les crostillons, 1889.djvu/32

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.

(26)

Il y court prinde l’ekneie, qui so n’munute
I va cachi tot â mitan dè lé
Del belle doirmâte. Qwand rinteure i faite chute ;
C’esteut n’è dire bin puss qui dè pârler,
Po ses kpagnons. On jowe co n’pâre di mache
Tot finîhant l’ boteie qu’on a chervou,
Et puis c’est l’heure, on tape là hache et mache,
Les invités divet bin tourner l’ cou[1].
L’ judi d’après, c’est les meîmme rireie,
Et Guiame dit : — C’est sur onk di vos treu
Qui m’a stu prinde ou bin cachî l’ekneie.
— Bin, respond onk, vos dvez nn’esse aoureu,
Ca vost ekneie ess t’ine ekneie qui jâse,
Elle a fait knohe voss pitit scret mawet.
— Vos è la n’ bonne ! — Leizme don fini m’ câse ;
Rians t’essonne, savez-ve bin wiss qu’elle est ?
Dispôe hût jou, elle ess t’è lé da Bâre.
— Ah ! dit Guiame, c’ess t’on tour, c’ess t’on bon ;
Et sins s’mâvler comme i n’est nin avâre,
I fait co beure li mèieu d’ ses bouchon.
Astheure, fait-i, sins d’ner asteme
A çou qu’ vos dhez, c’est bin fini ;
L’ekneie qui jâse a dit iteme,
Li pâre est foute, c’est po todi.


  1. Tourner l’ cou, locution qui signifie retourner, partir.