Page:Joseph Kinable - Les crostillons, 1889.djvu/25

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.

(19)

Ji m’aveu st’abahî.

On sé qu’à Lîge dè bon vîx timps
C’esteut li Cour des Eskèvins
Qui rindéve â peupe li justice
Comme on l’ fait houie à l’ simpe police.
D’vins les lîve del Cour j’a nahî
Et c’est fou d’ zell’ qui j’a sèchî
Li câse d’ine bâcelle affrontaie[1]
A qui fou fait n’ clapante manaie.
Nos estans don à ciss Cour là
Et j’ vas v’ dire comme l’affaire alla.
Ine flouhe d’amateur di scan’dâle
Sont là rimplihant tote li sâle :
L’Présidint sonne, on va kmincî.
— Fez vni, diss-ti â krenkinî,
Li cisse qu’on lomme souwaie Nanette.
Ossi vite houqueie, elle parette ;
Elle est grande et reude comme on pâ,
Elle a l’air foite comme on tèrrâ.
Elle raconte l’affaire à s’ manire
Et l’Eskèvin li lait tot dire.
A l’oï, Piére ess t’on calin
Qu’est capâbe di tot sâve dè bin.
Il a donc affronté l’ bâcelle,
Elle vout réparâchon, diss-t-elle.


  1. Affrontaie, violée.