Page:Joseph Kinable - Les crostillons, 1889.djvu/20

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.

(14)


Tot loffant is r’louquet l’ crapaute
Qui les chervéve on n’ sâreut mî,
Qwand is sont stoffés onk comme l’aute
Is conv’net… qu’is ont bin magnî.

Noss ribambelle aveut st’à s’ tiesse
On maisse qui dit : — N’ideie mi vint,
Affaire dè rire allans à kfesse
D’lez l’ bâcelle, elle nos kfess’ret bin.
 
Cischal acceptaie sins fer l’hègne,
Elle mette seul’mint po condichon
Qui l’ confechonnâl sèret l’ grègne[1],
Wiss qui tour à tour is vairont.

L’affaire est tot d’ sûte ètindowe,
S’ètinde ainsi c’est tot novai
Ca n’ jâsît nin, is fit des mowe
Tot s’chervant des sègne des mouwai.
 
Mareie ess t’ossi vite à l’ouve,
Li prumî r’çû l’absoluchon.
Po les autes, taihans nos, ji trouve
Qu’on est d’vant li s’cret d’li kfèchon.

Onk après l’aute is vont st’el heure,
Onk après l’aute is nn’è v’net foû,
Çoula duréve dispôë treus heure
On vèyéve vini l’ ponte dè joû.


  1. Grègne, grange, synonyme de heure. En Ardenne, on n’emploie que le mot grègne.