Page:Joseph Kinable - Les crostillons, 1889.djvu/18

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.

(12)

J’a clapé l’ poite (*).

Des camarâde divins st’on câbaret
S’mettet à tape, c’ess t’à mache qu’is jouet,
Survint n’astârgî tot joïeu
Qu’ dit st’à Colass : — lèïz la l’ jeu ;
So l’ timp qu’ vos jowez spiche et mache
Voss feumme jowe à fer piche et pache.
— Ine affaire ainsi j’el creuret,
Respond Colass, qwand j’el veuret.
— Et bin rècorez v’ porez l’ veie.
— Rècori, tins, c’ess fine ideie.
I tape la li hopai d’ kwarjeu
E nn’ervat è s’ mohonne tot dreut.
Pau d’ timp après volla qu’ rinteure
E câbaret. — Dihez-me ast’heure,
Li brait l’ ci qui l’aveut prévenou
Di… çou qu’i d’véve avu vèïou,
N’est-ce nin comme ji v’ l’assertinéve ?
— Cia. — Et bin ? — Et bin qu’ volez-ve ?
— Jâsez, qu’avez-ve fait, qu’avez-ve dit ?
— Li meïeu d’ tot j’ n’a nin moti,
Mais tot nn’allant, j’a clapé l’ poite
Qui m’ feumme s’a d’vout mouwer tote moite
Dè brû qu’ j’a fait… j’ ma dispêchî…
Ji creu qu’ c’ess t’à m’ tour à mahî.


(*) Les sept contes marqués d’un astérique se trouvent dans les Bulletins de la Société liégeoise de littérature wallonne, soit en prose, soit en vers.