Page:Joseph Kinable - Les crostillons, 1889.djvu/17

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.

(11)

On régal.

Amon des bons borgeu si féve ine grande heuraie,
Comme on s’y régaléve ! ossi tote li tâvlaie
Ni trovéve nin des mots assez bais po vanter
Li fin gosse di tot çou qu’on chervéve â dîner.
Vochal des pîd d’ pourçai so l’ tâve,
Madame è nn’a fait on pâté.
On n’veut nouk qu’i faisse li haïâve
Po nn’è goster.
Et v’la les complumints dè r’ploure :
K’mint pout-on fer n’ saquoi d’ si glot ?
Madame, tote fire, dit : — j’ les lai boure
Puis ji r’sèche les ohais, bin tot ;
So l’ trèvint mi jus rafinaie
Et d’vint tot çou qu’i n’iat d’ meïeu,
J’y mette mes pîd ; après n’ happaie,
Vos v’ s’è nn’è ralèchrîz les deugt.