Page:Jean Bury - Joyeux rèspleus, 1899.djvu/6

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been validated.

— 4 —

4

Li mitant di m’contint’mint,
C’est l’mitant d’tote ine richesse.
Si j’tûséve â lèd’dimain,
J’âreus n’neûre îdèye èl tiesse.
Ji magne çou qu’ji trouve sins rin geairî d’pus,
Ca ji n’a bin wâde di m’casser l’cabu ;
On est trop vite moért et, sins gâylotège,
C’est là qu’onk comme l’aute on n’a qu’ine ostège !

L’AMOUR ET LES BIESSES
Nanette Vormint
Ci bai J’sèffoque,
Ouhai Si j’poux,
M’tourmette ji voux
Li cour Li dîre
D’amour. Mafoè
El vèye N’saquoè
Longtimps, Sins rîre.
Tot l’timps, Louque don,
C’est l’vèye ! C’èst on
Vol’la !! P’tit diale…
Elle va L’batta
A l’aiwe. Tome là,
Passant Vos l’chal !
S’trossant —  Bonjou
’ll’ si saiwe. Doudou
Après Creurîz-ve
J’courrè. Qui j’sos
Ses ouyes Por vos
Son doûx El five ?
On joû Ji mours
Comme houyes ! D’amour…
Louquiz — Les bièsses
C’bai pîd, Ennè
Cisse boque, Crèvet
Cisse main ! Jannèsse !