Page:Jean Bury - Joyeux rèspleus, 1899.djvu/21

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.

— 19 —

Qwand on m’divreut traiti d’sottai,

Ji furlangreûs : j’âreus des pèces !

Avâ l’aiwe j’âreus des batais…

On jâs’reus sûr di mi timpéce.

Ax pauves co jamâye ji n’donreus,

C’est tos ingrates ! et, diale mi s’tiche,

So deux treus ans ji m’riwin’reus

Si J’èsteus riche !

INE HOMME TOT OUTE

— Ji n’comprindsnin, d’héve Gilles Maquêye,

Qu’ine homme si pauye léyî maistri

Et qui c’feume è l’vinse riqwèri

A l’taviènne wisse qu’i beut n’roquêye.

Mi, ji spèyreus les paroquets,

Ca c’est mi qu’est maisse è m’mohonne.

— Taise-tu, va, respond J’han Loket,

Toè, ti rotte comme li mèstré sonne,

Et l’mèstré, c’est t’feume, ase oyou ?

— Mêye tonnes di bîre, ci n’est nin vrêye,

ji n’a mâye situ panaicou.

Min v’là qu’on brait : « Jan don, saulêye,

Rivinrez-ve houye, mâssî pèkteu !

Vinez, vos dans’rez l’carmagnole.

Vos mèl pây’rez, laid mâhonteu,

Divant d’aller d’vins vosse bagnole !»

Et l’homme qui jowéve li sûti

Et féve dè l’morâle à tot l’monde,

Foû dè l’taviènne rat’mint s’ènonde,

Et d’vant s’feume ènnè r’va tot p’tit !