Page:Jean Bury - Joyeux rèspleus, 1899.djvu/18

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.

— 16 —

LI SONGE D’A ROSE

PO LI P’TIT BECKERS

AIR : Ce que rêvent les femmes

I

Li p’tite Rôse n’aveut nin cinq ans ;

Elle èsteut gintèye et jolèye

Et tote nute, comme les autes èfants,

Bin longtimps d’vant l’saint-Nicoleie,

Elle songîve

Ine saquoë d’nozé

Qn’on pout can’dozer !

Et qui l’bon grand saint

Donne âx cis qu’il ainme bin ;

Çou qu’on pout moussî,

Poèrter, puis hossî,

Mette des bleus solers

Et fer si p’tit lét…

Adon. ll’ s’èdoèrméve tot douc’mint

Tot pinsant t’ni s’belle pope tote rôse !

Elle bâhîve minme ses blankès mains !…

Volà, volà çou qu’songîve li p’tite Rôse.

2

Min, comme elle aveut des parints

Qu’èstit pauves divins leu manège,

Qui s’mame si trovéve sins d’tot rin

Et qui s’pére èsteut sins ovrège,