Page:Jean Bury - Joyeux rèspleus, 1899.djvu/15

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been validated.

— 13 —

3

C’est pasqui j’vins d’lî dire si compte
Parè, qui s’a volou mâv’ler.
C’est portant vrèye ; tos ses boègnes contes,
Fou d’vos clicottes vis frît sât’ler.
Ji conte ine blague et v’la l’roubiesse
Qu’èl dit st-à m’feumme ! « Madame j’ôs bin,
Qui v’s’avez s’t-on gros clâ so l’f……jambe,
Bin v’la st-on râre èdon surmint !

4

On côp qu’jesteus târd amon m’maisse,
Ji dis : cours et m’chambe et prinds-i
Mes hârds di dimègnes, qui m’feume faisse
Todis l’vôye disqu’â bal sins mi.
Ni va-t-i nin â bal sins geinne
Avou m’feume et mes bons mous’mints,
Qui m’rimette seul’mint l’aute samainne !
Bin v’la st-on râre èdon surmint !

5

Po v’dîre qui n’fais mâye rin d’adrame,
A Sainte Margarite ine aute côp
I s’fa-t-on mâlheur avou l’trame,
Comptant so n’mèdaye, li bâbeau,
Bin qui fait-i, mâgré m’colére ?
I lait s’prâchî m’pauve pitit chin
Po-z-aller sâver m’laide belle-mére !
Bin v’la st-on râre èdon surmint !