Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/99

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.


c) Un sergent-major recommande à ses hommes de donner à leurs familles leurs adresses exactes, afin que les colis ne se perdent pas. Mais au lieu de dire « colis » (Gepäckstücke), il dit Gespeckstücke, du mot Speck – lard.

d) Voici un exemple particulièrement beau et significatif, à cause des circonstances profondément tristes dans lesquelles il s’est produit et qui l’expliquent. Je le dois à l’obligeante communication du Drͤ L. Czeszer, qui a fait cette observation et l’a soumise à une analyse approfondie au cours de son séjour en Suisse neutre, pendant la guerre. Je transcris cette observation, à quelques abréviations près, peu essentielles d’ailleurs.

« Je me permets de vous communiquer un lapsus qu’a commis le professeur M. N. au cours d’une de ses conférences sur la psychologie des sensations, qu’il fit à O. pendant le dernier semestre d’été. Je dois vous dire tout d’abord que ces conférences ont eu lieu dans l’Aula de l’Université, devant un nombreux public composé de prisonniers de guerre français, internés dans cette ville, et d’étudiants, originaires pour la plupart de la Suisse romande et très favorables à l’Entente. Comme en France, le mot Boche est généralement et exclusivement employé à O. pour désigner les Allemands. Mais, dans les manifestations officielles, dans les conférences, etc., les fonctionnaires supérieurs, les professeurs et autres personnes responsables s’appliquent, pour des raisons de neutralité, à éviter le mot fatal.

« Or, le professeur N. était justement en train de parler de l’importance pratique des sentiments et se proposait de citer un exemple, destiné à montrer comment un sentiment peut être utilisé de façon à rendre agréable un travail musculaire dépourvu par lui-même de tout intérêt et à augmenter ainsi son intensité. Il raconta donc, naturellement en français, l’histoire d’un maître d’école allemand (histoire que les journaux