Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/48

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.


nombreux souvenirs affectifs dont la communication ne donne d’ailleurs pas une énumération complète. M. S. Ferenczi, de Budapest, qui a observé ce cas sur lui-même, l’a traité, et avec raison, comme on analyse un rêve ou une idée névrotique.

« Je me trouvais aujourd’hui dans une famille amie où l’on a parlé, entre autres choses, de villes de Haute-Italie. Quelqu’un remarque à ce propos qu’on peut encore retrouver dans ces villes l’influence autrichienne. On cite plusieurs de ces villes; je veux moi aussi en nommer une, mais son nom ne me revient pas à la mémoire, bien que je sache que j’y ai passé deux journées très agréables, ce qui ne cadre pas bien avec la théorie de l’oubli formulée par Freud. À la place du nom cherché, les noms et mots suivants se présentent à mon esprit : Capua, — Brescia, — Le lion de Brescia.

« Ce lion, je le vois, comme s’il était devant mes yeux, sous la forme d’une statue de marbre, mais je constate aussitôt qu’il ressemble moins au lion du monument de la liberté de Brescia (dont je n’ai vu que la reproduction) qu’au lion de marbre que j’ai vu à Lucerne, sur le tombeau des gardes suisses tombés aux Tuileries et dont la reproduction en miniature se trouve sur ma bibliothèque. Je retrouve enfin le nom cherché : c’est Vérone.

« Je reconnais sans hésitation à qui revient la faute de cette amnésie. La coupable n’est autre qu’une ancienne servante de la famille dont j’étais l’hôte ce jour-là. Elle s’appelait Véronique, en hongrois Verona, et m’était très antipathique, à cause de sa physionomie absolument repoussante, de sa voix rauque et criarde et de son insupportable familiarité (à laquelle elle se croyait autorisée par ses nombreuses années de service dans la maison). La façon tyrannique dont elle avait à l’époque traité les enfants de la maison m’était également intolérable. Je savais maintenant ce que signifiaient les noms de substitution.