Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/246

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


hydrothérapique, m’avait été confié en vue d’un traitement psychanalytique. Il avait dû, à mon avis, se livrer à certaines expériences sexuelles et il était tourmenté, étant donné son âge, par des questions d’ordre sexuel. Je me suis cependant abstenu de lui venir en aide en lui apportant des explications, car je voulais une fois de plus éprouver la solidité de mes hypothèses. Je devais donc chercher la voie à suivre pour obtenir cette vérification. Or, un jour, je fus frappé par le fait suivant – il roulait quelque chose entre les doigts de sa main droite, plongeait la main dans sa poche où ses doigts continuaient à jouer, la retirait de nouveau, et ainsi de suite. Je lui demandai ce qu’il avait dans la main, pour toute réponse, il desserra ses doigts. C’était de la mie de pain, roulée en boule. A la séance suivante, il apporta un autre morceau de mie et, pendant que je conversais avec lui, il fit de cette mie, avec une rapidité extraordinaire et les yeux fermés, toutes sortes de figures qui m’ont vivement intéressé. C’étaient de petits bonshommes, semblables aux idoles préhistoriques les plus primitives, ayant une tête, deux bras, deux jambes et, entre les jambes, un appendice qui se terminait par une longue pointe. Cette figure n’était pas plus tôt achevée que mon malade roulait de nouveau sa mie de pain en boule. A d’autres moments, il laissait son œuvre intacte, mais multipliait les appendices, afin de dissimuler le sens de celui qu’il avait formé entre les jambes. Je voulais lui montrer que je l’avais compris, sans toutefois lui donner le prétexte d’affirmer qu’il n’avait pensé à rien en modelant ses bonshommes. Dans cette intention, je lui demandai brusquement s’il se rappelait l’histoire de ce roi romain qui, dans son jardin, avait répondu par une pantomime à l’envoyé de son fils. Le garçon prétendit qu’il ne se la rappelait pas, bien qu’il l’eût apprise beaucoup plus récemment que moi. Il me demanda si je faisais allusion à l’histoire où la réponse avait été écrite sur le crâne rasé d’un esclave. «