Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/17

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been validated.


CHAPITRE PREMIER

OUBLI DE NOMS PROPRES


J’ai publié, en 1898, dans Monatsschrift für Psychiatrie und Neurologie, un petit article intitulé : « Du mécanisme psychique de la tendance à l’oubli », dont le contenu, que je vais résumer ici, servira de point de départ à mes considérations ultérieures. Dans cet article, j’ai soumis à l’analyse psychologique, d’après un exemple frappant observé sur moi-même, le cas si fréquent d’oubli passager de noms propres ; et je suis arrivé à la conclusion que cet accident, si commun et sans grande importance pratique, qui consiste dans le refus de fonctionnement d’une faculté psychique (la faculté du souvenir), admet une explication qui dépasse de beaucoup par sa portée l’importance généralement attachée au phénomène en question.

Si l’on demandait à un psychologue d’expliquer comment il se fait qu’on se trouve si souvent dans l’impossibilité de se rappeler un nom qu’on croit cependant connaître, je pense qu’il se contenterait de répondre que les noms propres tombent plus facilement dans l’oubli que les autres contenus de la mémoire. Il citerait des raisons plus ou moins plausibles qui, à son avis, expliqueraient cette propriété des noms propres, sans se douter que ce processus puisse être soumis à d’autres conditions, d’ordre plus général.

Ce qui m’a amené à m’occuper de plus près du phénomène de l’oubli passager de noms propres, ce fut l’observation de certains détails qui manquent dans certains cas, mais se manifestent dans d’autres avec