Page:El Nivelwé - L’Aclot 13-01-1889.png/1

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.


El Nivelwé.

Eir pau connu : T’en souviens-tu.

Promi couplé.

Qué c’ qué c’est çà, qu’on conduit à batême ?
I t’chant’ detjà comme in dtjoun’ rossignol ;
I parait four et dur comme in inglème,
I fait des suks pu gros qu’in crinquignol.
Ec’ n’effant là, qu’on respond à Nivelle,
C’est l’fi dé s’peire, i vivra pu qu’ Nowé ;
Mé n’faut ni kwaire qué c’est là n’ chouss nouvelle  [bis
C’ t’ainsi qu’il est, el vrai p’tit Nivelwé. ]

Deuxièm’ couplé.

V’là qui grandit, mon Dieu, qu’est c’ qui va iesse ?
Il a d’ l’esprit qué d’ bourd’ dè tout costé ;
Detjà de tout i’ rit avé finesse ;
I comprind tout comm’ l’illuss Bossuet !
Qu’est c’qui d’véra ? Disimm’ la ça sans rire ;
Saudar, méd’cin, avocat ou curé !
D’tjé n’in sait ri’n, mé tout c’qué pu vos dire : [bis
Qui d’véra d’tJan, comm’ dévi’n l’Nivelwé. ]

Twézièm’ couplé.

Mi, d’j’vourou bi’n, dist’elle ess’ boun’ grand’meire,
Qui s’rou savant, comme el savant Roulez ;
Et mi, dtj’ souhait’, qui li repson s’grand’peire,
Qui swet chanwerm’ comme em’ n’ami Baguet.
Qui swet sculteu, hazard’ Berthe ess’ cousine,
Comm’ no Delvaux, l’oneur dé no n’indwé ;
Ou musicien, qué crie ess’ sieur Zandrine, [bis
Comm’ Tinctoris, ell’ glwair du Nivelwé. ]

Quatièm’ couplé.

Mi d’j’sus contint qui fasse comme ess’ grand’freire,
El chaboti, crân’ ersetdcheu d’tjambons ;
Parcé qu’au monde, a respliqué s’mameire,
Tout vi n’a point, quand on z’est brâfs garçons.
Ri’n d’impossip’, disonn’ lé tout abie,
Qué swet tout ça, peut ette en’ aut’salet ;
C’est qué l’gaïard, in vivant tout ess’ vie, [bis
Sara r’muant, comm’ d’Jan-d’Jan l’Nivelwé. ]