Page:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/9

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been validated.

— 9 —

MATHI

Vos ? vos n’avez mâië si tu maisse d’arme comme mi. A la bonne heure in saqui a s’tu prumî prévo âx cinqaînme.

NOÉ

Âx cinquaînme ; vos m’fri bin rire, ca li fré da Chanchesse, ni m’enn’a mâië jâsé et portant il a chiervou âx cinquainme avou vos.

MATHI

Nenni po çou qui l’esteut jallô, qu’a-ti mâië si tu lu ? Mins mi j’a stu comparâle.

NOÉ

Ji l’esteus bin avou et si j’avass’ volou jâreus s’tu sorgent.

MATHI

Tant qu’vos z’y estez, dihé por génèrâle vos n’ârez ni pus ni mon.

NOÉ

Si vos nel volez nin creure, tant pis por vos.

MATHI

Por mi c’est-a l’mûraille qu’on veut l’maçon.

NOÉ

Dabôre Joseph va rinv’ni et vos veurez qui vs’zel dirait tot comme mi.

MATHI

Awet ! Joseph ni pou wâde dè dire li contrâve on l’sé bin.

NOÉ

C’est tot simpe pus qui dirait l’vraië.

MATHI

C’est vos quel dit ; et dabôre Joseph ni çi k’nohe nin la d’vint.