Page:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/7

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.

— 7 —

COLAS

Voss’ papa a mînme dit, qui Yann’ n’esteut nin on mâva pârti.

CATHRÈNE

Nin sur por mi, ca j’aînme Jôseph, et nol aute qui lu ji nel sipwès’rait.

COLAS

Et v’s avez bin raison Cathrène, ca Jôseph vi s’aînme comme si vos estîz s’bon Diu, et puis c’est on brav’ valet, on bon camarâde, et onck sur qui n’riboute nin l’ovrège.

CATHRÈNE riant

On veut bin qui vos estez l’boton pareië à l’habit savez vos Colas.

COLAS

Poqwèt çoulà.

CATHRÈNE

Pasqui Jôseph enn’ è dit ottant por vos. Après s’camarâde Colas, enn’ à pus.

COLAS

Po çoulà c’est comme les treus Musquetaires, à la vie, à la mort parèt nos autes (is riait tos les deux).

CATHRÈNE

N’allez-v’s nin vêyï à l’èstâchon, Colas !

COLAS

Si on saveut l’heûre dè train, ou îreut bin, mins volà, ess’ po dih, ess’ po onze on nel sé nin.

CATHRÈNE

I m’dit bin sos s’lette qui sèrai cial divant l’diné. (On ètind jâsé sos l’poètte). On direut qui c’est m’papa. (Colas va vêye).