Page:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/6

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.

— 6 —

COLAS

Adon on pout s’risqué, ainsi Cathrène c’est houïe li côp âx gèyes.

CATHRÈNE

Pourvu qu’ça vâië bin.

COLAS

N’avez-v’s nin dit a voss’ papa qui Jôseph riv’nez-v houïe.

CATHRÈNE

Ji n’a co rin dit.

COLAS

C’est l’twére qui vos avez st’avu, ca mâgré qui voss’ papa a d’né s’parole à Jôseph, i poreut co bin l’risèchi, surtout qui j’sé co bin qui n’a onck qui kwire à v’ni cial por vos.

CATHRÈNE

Por mi.

COLAS

Awèt c’est st’ainsi.

CATHRÈNE

Ji voreus bin savu quî c’est ?

COLAS

Quî c’est, pa c’est Yann’, li kaizèrlique.

CATHRÈNE tot riant

Colas, po s’côp cial, ji creux qu’vos blousez.

COLAS

C’est portant bin ainsi, c’est Groubiotte qui m’la dit, i sont tot fer essonle. Qwand on veut Yann’, on veut voss’ papa.

CATHRÈNE

Groubiotte freut baicôp mîx di s’taire.