Page:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/5

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.

— 5 —

MATHI

Tot juste c’est lu (a pârt). Ottant lu qui n’aute.

CATHRÈNE

C’est bin po v’s dire, mi ji n’la mâië loucqui po on camus, ca qwand nos estîz jônne on brèyèv’ après lu bèchou.

MATHI, tot prindant s’calotte

C’est qu’vos avez loucqui dobbe, il a st’ine frève qui dresse comme li cowe d’on live qui prind notre dame di Galoppe. A propos si Yann’ vint dihez-li qui ji li donrait s’lèçon cial (a pârt). C’ett ine homme comme il l’y fâreut.

CATHRÈNE

Ni d’mané nin longtimps ès don papa.

MATHI

Divint on qwârt d’heûre ji sèrai cial (i sorte).


SCINNE III

CATHRÈNE puis COLAS

CATHRÈNE tot louquant l’heure

Ji creus qui les awèyes n’avonçait min, mon Diu comme j’a l’timps long (tot sèchant n’lette fou di s’poche). Jôseph mi dit bin so s’lette, qui sèrai cial divant l’diné, mins ènn’ ès s-ti sure, les sôdârts qwand i l’ont fini divait fer saqwantès chapelles divant di s’qwitté, et puis qui vous-ti dire, qu’on l’a noumé prévot, il est dèjà comparâle, mins prévot, çoulà c’est dè flamind por mi (Colas inteure po l’fond).

COLAS

Pout-on intrer.

CATHRÈNE

Çou qu’vos d’mandez Colas, vos savez bin qu’cial vos estez todis bin r’çu.