Page:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/4

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.

— 4 —

CATHRÈNE, a pârt

Li journaië kiminçe bin mâx, porvu qu’elle finih mîx.

MATHI

Vos m’la obligî d’aller disquè vînâve, po n’ès ravu eune.

CATHRÈNE

Volez-v’s qui ji vâië papa.

MATHI

Po m’rappoërté eune qui hoch’rait sos l’côp, merci j’enn’ès vout nin. J’irai mi minme (Cathrène s’sassis a l’tâve Mathi a pârt). Comme çoulà j’irai vèyë Noé, ca nin pus long qu’hîr a l’sîce amon Groubiotte, il aveut co l’air dè rire di mi (i disfait s’ventrin), et c’est lu qui vous ess’tot (tot mettant s’fracque). Mins ! nin pus târd qu’houië, i fât qu’on veuss’ li maisse di nos deux I fat portant qui ji faiss’tot doux avou Cathrène, ou sins qwèt elle va co dire qui mes candes rawârdait st’après mi. (haut) Cathrène.

CATHRÈNE tot s’slèvant

Qui v’s fâs-ti don papa.

MATHI

Tot allant r’qwèrrî mi alenne, j’irai tot don côp prinde mêseure amon Moncheu… chose-là… ji n’pout r’toumé sos nô, pas vos savez bin li grand camus po qui j’a fait des bottes l’hivïër passé.

CATHRÈNE

On grand camus ; ji mi rapelle nin d’çoulà.

MATHI

Sint Houbâ, j’a l’nô sos l’bèchette del linwe et j’nel pout dire.

CATHRÈNE

Si n’est portant nin Moncheu Soheure.