Page:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/3

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.


LES DEUX MAISSES D’ARMES

Li scinne riprésinte ine grande champe a dreute ine poètte a l’hinche li couhenne, ès fond ine poètte, ine tâve et treus chëires a dreute, ine cômaude ès fond, a gauche ine tâve di coèp’hi, on rèveil sos l’cômaude.


SCINNE I


MATHI, tot pindant l’èssègne

Là ! Vola todis n’saqwèt d’fait (tot louquant l’heure). Il est pus târd qui ji n’pinsév ji n’sé qui vous-t-èss ovrî et surtout coëp’hi, coëp’hi ! Sint Houbert c’est l’pus laid d’tot, on v’s’hère des ovrèges a fer, qui n’valait nin les pônne seul’mint d’ess’ ramassé sos l’pavaie. (I s’assid a s’tâve et prind on vîx solé) Vola sur onck qui mérite d’aller elle banse âx riquettes et dire qui m’fât mette des s’melles et des talons. Si on houtez-ve les gins po l’jou d’houie, i fâreus fer dè noû avou des vîx (Cathrène inteur pô l’gauche avou on bans’tai, li mette sos l’tâve et r’mette li champe a pon).


SCINNE II

MATHI ET CATHRÈNE

CATHRÈNE a pârt rilouc’quant s’père

In m’a nin l’air d’ess’ ès s’bonne.

MATHI casse si alenne

Bon ! vola mi alenne sos flotte, ji veus bin qui ji m’a co lèvé l’cou d’vant ji n’fait rin d’bon.