Page:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/29

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been validated.

— 29 —

d’arme, et â prumi assaut qu’on frait.

MATHI

Li prumi jel vous fer avou Noé.

NOÉ

Ji vous bin mins nin a côp d’tiesse.

MATHI

Ni à côp d’hovlette.


SCINNE XI

LES MINMES ET YANN’

YANN’ intrant

Moncheu Mathi rouveie une fois çou qu’jel a dit. J’aime toudis bin Cathrène et vola mes bottes pour rifaire. (I riait turtos).

MATHI

Trôp târd flamint, vola m’fiâsse.

YANN’

Binameie jel suis co attrapeie !

NOÉ

Asteur, nos irans tos amon l’gendarme, c’est mi qui règale.

COLAS

On moumint i nos mâqe co n’saqwèt.

CHANT

Messieux po les ècorègî
Et po l’zi rinde on pau del foèsse.
Po l’jou qui s’divront risyaî.
C’jou la por zel sèreust-ine fiesse.