Page:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/28

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been validated.

— 28 —

JOSEPH

Ji sos contint mins…

MATHI

C’est tot, c’est conv’nou Joseph (a part). Comme ji v’s va splinki Noé qwand j’ârais r’çu des l’çons.

NOÉ fait des sègnes a Joseph

Joseph, ji v’s a promettou qui ji freus mi testamint por vos ès don et d’pus ji montreus vos manége.

JOSEPH

Awèt monock.

NOÉ

Mins ? I n’a st’ine condition, vos m’donrez des lèçons d’arme.

JOSEPH

Vos n’ârez mononk.

NOÉ

C’est bin Joseph, ji compte sor vos (a pârt) comme ji m’va dôpinez Mathi.

MATHI

Joseph ji v’s fait tos mes complumints, et vos Noé ? vos dihez rin.

NOÉ

Ji m’attindev’ a çoula tote li famille a stavu dès brèvets d’arme (Cathrène apresteie des verres).

COLAS a pârt

Ji plains l’çi qu’âreut marier s’sour pol siplinkège.

CATHRÈNE

Vochal les verres si vos volez beure ine gotte.

COLAS

C’est çou qui n’a d’mèyeu. (i buvai) Buvant âx maisse