Page:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/26

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been validated.

— 26 —

fâ bin n’est fini on poreus fé des blagreies amon les wèzins et puis ji so vraimint tot d’seulé pusqui ji sos orphulin.

NOÉ a pârt

Mi prind’reus-ti po on zéro.

MATHI

Et bin qui sônne-ti Noé.

NOÉ

Qui s’mareie : c’est çou qui la d’mîx a fer.

COLAS bas a Cathrène

Vola qui bèche.

JOSEPH

Vos m’aviz d’né vosse parole.

MATHI

Awèt mins ! C’est qu’on n’si mareie nin ainsî c’est qui fâ bin des ahesses divint on manège.

NOÉ

Po çoula i n’a nou risque, ji li monte tot s’manège.

JOSEPH

Oh ! Mononck vos estez fleur di brav’homme, ji n’sé kimint vi r’merci.

COLAS a pârt

I fat creure qui l’est v’nou â monde avou l’ham’lette po z’avu ottant d’chance.

MATHI

Pus qui c’est ainsi Joseph vos avez m’consint’mint.

CATHRÈNE tot abressant s’pére

Oh ! papa merçi.