Page:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/18

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been validated.

— 18 —

JOSEPH

C’est-on fleurè.

COLAS

Por mi vola l’affaire. I sâront sayï et di trace a qwatwass’i sâront st’apougnî.

JOSEPH

Todis leus maquets. Maisse d’arme : Is n’viquait qu’po çoula.

COLAS

Maisse d’arme ! Des gâiës… C’est dè maisses d’armes di mon Lèdint c’est co pé qu’ des aguesses so des chauttès cintes.

CATHRÈNE

Qu’allans-je fer asteure.

JOSEPH

Cathrène sèyîz sins pônes, ji m’va aller trové m’mononck et ji frais si bin qui r’vèrait cial avou mi. Fer d’manire a r’mette on pau vos papa.

CATHRÈNE

Ji v’s rik’mande bin Joseph dè fer tot douc’mint avou vos mônonck.

JOSEPH

Compté sor mi. Vinez-v Colas ?

COLAS

I farait bin : (a pârt) Si j’esteus sur qui c’est câse dè flamint, ji v’s li freus pèter s’savoiëe.

JOSEPH

Cathrène ji m’va rivni, et loucqui dè r’mette vos papa ès s’bonne.