Page:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/13

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been validated.

— 13 —

NOÉ

Ci n’est nin vraie, c’est mi !

MATHI

Ji v’s dis qu’ c’est mi.

NOÉ qui s’époètte

C’est mi !

MATHI tot mâva

V’s avez bourdé.

NOÉ

Vos avez minti.

MATHI

Kimin ja minti ? (il apogne Noé)

YANN

Oh ! lève ès gotte… Quel s’apogne po l’bon astheur.

CATHRÈNE inteur po l’gauche

Papa !… Papa qui fez-v’s don mon Diu.

YANN

Quelle z’affaire ! quelle z’affaire ! (Yann’ apogne li hov’elte).

NOÉ

Volez-v’s mi lacher.

CATHRÈNE

Jan don flamind vinez m’aidî… Papa, Moncheu Noé jandon.

MATHI

Tint attrappe.

NOÉ

Sint Houbert ! (Cathrène les sépare et sorte avou Noé. Yann’ qu’a volou bouhî sos Noé, a d’né l’côp d’hov’lette a Mathî).