Page:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/12

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been validated.

— 12 —

NOÉ

Nenni çoula et po v’z’el prover, allans-zi. (Is disfait leus fraques).

MATHI

Ciss’ fèye cial, nos veurans les maisses.

NOÉ

Vos polez bin Mathî, apprester vos côps, ji vas v’s fer vèye qui ji n’sos nin manchette.

MATI

En garde ! (Yann’ inteure tot douç’mint po l’fond).

YANN’

Ayë… Quesi quel Mathî va faire avec Noé… Jel suis sûre quel va si spinkaie Noé comme qui faut.

NOÉ touche Mathî

Touchez !

MATHI

Tote à pônne, ji n’l’a nin sintou.

YANN’

Bénamaie comme el jowe bin.

NOÉ tot fou d’lu

Touchez !

MATHI qu’a foért chaud

Mi r’vinche !

YANN’

Jel voudrait pas ess’ à la grand’ thèâtre. (Mathî et Noé fait côp fôré)

MATHI tot bèch’tant

Vos… vos z’y-estez, ji v’sa touché.