Page:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/11

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been validated.

— 11 —

MATHI

Ji les aveut rouvî… ji m’va les qwèri (i sorte po l’dreute).

NOÉ

I m’fâ aller tot douc’mint avou Mathi, ou sins qwoë c’est Joseph qu’ennès pâtirais et po l’jou qui r’vin, i n’fâ nin avu des disdu (Mathi rinteure avou les fleurès).

MATHI

Qui d’hez-v’ di çoula (i donne on fleurè a Noé).

NOÉ

I m’sônne qui l’est-on pau reud, i n’vergeyë nin assez, (i prind l’aute). Ci cial vâx baicop mîx.

MATHI

Pusqui ci-la est bon sayant nos… Nos veurant l’maisse di nos deux.

NOÉ a pârt

Waye ji l’estind vini aveu ses gros sabots (haut). Merçi ji ni tint nin, ji n’so nin houïe daplomb po fer des armes et puis m’fracque mi d’jeïnne.

MATHI riant

Ah ! ah ! Vos avez sogne camarâde, vos cannez ? Voss’ fraque… c’est-ine carotte qui vos m’tirez, on l’disfait et tot est dit. Mins ! dihez pus vite qui vos nn’avez st’a fer a pus foért qui vos et qu’vos r’noncî.

NOÉ qui s’èpoète

Rinoncî ! Halte savez çoulà. Ji n’l’a co mâïe fait et c’n’est nin vos qui m’frè bodji.

MATHI

Nin mi ?