Page:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/10

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been validated.

— 10 —

NOÉ

Vos n’avez nin todis dit çoula, qwand Joseph vinév’ passè l’sîçe cial pos vos feye Cathrène vos n’dihiz nin si faite.

MATHI

Awet mins dispôïe j’a kwand’ji d’ideie, si pinse avu Cathrène i s’trompe, j’enn’a st’onck à l’main et c’est on bon valet, il a n’belle prestance, il est propriétaire et puis ji li donne des l’çons d’arme, i m’rivint foért bin.

NOÉ

Ji sé d’qui vos volez jâser… c’est dè flamind, seul’mint il arrive trop târd â l’sope ènn’ a pus.

MATHI

Qui volez-v’ dire.

NOÉ

Qui l’plèce est prise, Cathrène aînme Joseph, dimandé-li vos veurez çou qu’elle dirait.

MATHI

Qu’elle aînme tant qu’elle vous, c’est mi qu’est s’père et c’est mi qu’est maisse.

NOÉ

Nos savans bin qui c’est vos qu’est maisse, mins ni brèyant nin si reud, Cathrène a vingt deux ans elle pout fer a s’manire, et puis vos avez d’né voss parole a Joseph.

MATHI

Qui l’âyë ou qui l’âyë nin, nos vièrant bin l’çi qu’âreut dreut.

NOÉ

Jan Mathi lèyant çoula âx réce, ni nos fant nin des mâx d’tiesse. Mostrez-me les fleurès qu’on z’a st’ avoëî.